On a tous quelque chose de Bourvil - 19/09/2010 - France 3

L'actualité du moment (télé, ciné, radio, livres...)

Modérateur: Stephane

On a tous quelque chose de Bourvil - 19/09/2010 - France 3

Message par Garfield » 01/09/10 14:19

www.leblogtvnews.com
On a tous quelque chose de Bourvil

Il y a quarante ans, le 23 septembre 1970, Bourvil nous quittait. Le poète humoriste tirait sa révérence sur une immense carrière. France 3 lui rend hommage à travers les mots de ses héritiers. Dimanche 19 septembre à 20h35.

Diffusion d'un documentaire inédit suivi de la rediffusion d'un classique, à 22h05, La cuisine au beurre.

Il s’appelait André Robert Raimbourg. Mais lorsqu’il montait sur la scène pour chanter ses petits airs du quotidien, il portait le nom de Bourvil, celui de son village d’enfance. C’est la France rurale, la France des chemins et des petites gens, que contait Bourvil. Son personnage de grand benêt mal fagoté a fait de lui l’un des artistes préférés des Français. Quarante ans après sa disparition, France 3 rend hommage au géant à travers ceux qui sont les descendants de son œuvre : Gad Elmaleh, Florence Foresti, Coluche, Franck Dubosc, entre autres.

C’est Bourvil lui-même qui lance la soirée : « J’ai oublié de me présenter : Bourvil, des Concerts parisiens. Et de la banlieue aussi. Jusqu’à Asnières. Ce soir, je vais vous parler de moi… » Ce sont évidemment des images d’archives. On revoit avec plaisir des extraits des plus grandes heures de Bourvil, de la chanson « Les crayons », qui l’a révélé, à ses rôles aux côtés de Louis de Funès. Homme libre, Bourvil nous a permis de rire des sujets les plus délicats, libérant dans son sillage une parole qui profitera à beaucoup. Par thème, les auteurs de On a tous quelque chose de Bourvil révèlent son apport gigantesque. Le mythique sketch de « L'eau ferrugineuse » précède celui de Gad Elmaleh sur les « Australopithèques » que nous devenons tous avec l’abus d’alcool. Suivent les saillies de Coluche ou de Jean Carmet sur la boisson ou encore celles de Florence Foresti sur le kir royal des filles « douées en amour ». On retrouve les grands classiques de Bourvil : la voiture, les vacances, l’uniforme, le déguisement, la chanson… Au fil de la soirée, ses mots légers, toujours lâchés avec finesse et subtilité, se mêlent à ceux qu’il a inspirés. Au terme de ce bel hommage, il chante avec douceur sa plus belle chanson : « Le bal perdu ». Si son héritage le fait encore et toujours exister, on perçoit aussi à quel point il nous manque.

A propos de La cuisine au beurre : France, 1963. Réalisation : Gilles Grangier. Scénario : Jean Levitte, Jean Manse, Pierre Levy-Corti, Raymond Castans. Interprétation : Fernandel (Fernand Jouvin), Bourvil (André Colombey), Claire Maurier (Christiane), Andrex (Pelletan), Anne-Marie Carriere (Gerda). Résumé : Fernand Jouvin, prisonnier de guerre, est recueilli par Gerda, une plantureuse Autrichienne au grand cœur. Des années plus tard, les Russes libèrent le mari de Gerda. Fernand décide alors de revenir auprès de son épouse, Christiane. De retour à Marseille, et prétendant avoir été fait prisonnier en Sibérie durant cette très longue absence, Fernand retrouve son restaurant "A la bonne bouillabaisse", rebaptisé "La Sole normande", et sa femme Christiane — qui le croyait mort — remariée à André, un chef cuisinier normand. Les premiers rapports vont être plutôt tendus...
www.labandearuquier.com Le site de référence sur la bande à Ruquier !
Garfield
Maréchal des Logis Chef
 
Message(s) : 271
Inscription : 17/07/06 18:19
Localisation : Avignon (84)

Retour vers Demandez le programme !

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité